Porto Moniz – Sao Vicente

Voici la suite de mon journal du voyage à Madère. Place à la côte Nord!

PORTO MONIZ

Nous sommes restés deux nuits sur Porto Moniz dans un apart-hotel.

Nous avons profité des piscines naturelles aménagées au bord de l’Océan. (Compter les billets d’entrée, mais les prix sont dérisoires!)

dav

Photo prise le soir à partir du restaurant rooftop .

Les piscines se remplissent au gré des marées, les rebords les plus proches des vagues étant très prisés par tous les amateurs de sensations fortes!

Le lendemain, nous avons  visité le village de pêcheurs « Achadas da Cruz » accessible avec un télécabine à partir du haut de la falaise!

dav

Le télécabine n’ayant pas de pylônes intermédiaires, la descente et la remontée sont impressionnantes. L’équipe qui gère le télécabine se trouve en haut, et pour demander à repartir du village il faut appuyer sur le bouton à l’intérieur de la télécabine pour envoyer la demande à l’équipe. Le télécabine a d’abord été créé pour améliorer le quotidien des paysans et pêcheurs leur épargnant le chemin de randonnée pour y descendre.

teleferico achadas da cruz

Copyright: depositphotos

sdr

Terrasse à côté du belvédère du télécabine.

L’après midi, nous avons randonné sur la levada da Ribeira da Janela  (à partir du bout du village Levada Grande ) très agréable avec des tables de pique-nique au long du chemin.

Puis avant de quitter Porto Moniz pour Sao Vicente, nous avons visité l’ Aquarium da Madeira, à Porto Moniz. Celui-ci est installé dans un ancien fort de protection du port.

Ce n’est pas très grand, compter une demi heure de visite, mais cela explique bien les espèces vivant au large de Madère.

SAO VICENTE

En route vers Sao Vicente, notre prochaine halte pour 3 nuits.

Nous montons vers le col da Encumeada, et nous garons au Chao dos Louros, au milieu de la forêt de lauriers, une aire de pique-nique et barbecue. Nous marchons sur une boucle à partir de Chao dos Louros –> Boca da Encumeada –> Chao dos Louros.

La petite vallée de Sao Vicente est très verdoyante.

dig

dav

Nous partons ensuite rejoindre notre gîte, où l’on découvre plus encore l’hospitalité des Madeirenses.

Au gîte notre hôte nous accueille avec un Bolo de Mel (gâteau à la mélasse de canne à sucre – typique de Madère) une bouteille de vin du Douro (son mari est un continental) et nous montre le stock de pommes de terres-oignons à dispo, plus le frigo rempli pour le petit déjeuner, fromage en tranches à la coupe, jambon, œufs de sa ferme, lait et jus.

Sa maison est en contrebas de notre logement, et elle nous donne accès à ses terrasses, avec en prime Loreto son perroquet, qui pendant ces trois journées deviendra le meilleur copain de notre fils!

dig

Nous montons ensuite au centre de l’île sur le plateau de Paul da Serra pour rejoindre le Pico ruivo de Paul. Au programme, chemin infesté d’arbustes aux fleurs jaunes et branches abrasives… mais belle vue sur le centre de l’île en haut!

Nous nous sommes aussi promenés sur la Levada Do Norte à partir du col Boca da Encumeada, car près des côtes il fait anormalement chaud, 28° (avec l’humidité c’est terrible!) donc nous privilégions les promenades en altitude pour gratter des degrés. Dans le chemin d’eau nous repérons pour la première fois du séjour des truites! Effectivement il y a des truites arc-en-ciel dans les levadas, et une activité de pisciculture associée.

Lorsque nous quittons notre gîte, notre hôte nous offre des œufs frais pour les prochains jours! Nous prenons donc pour habitude de manger des œufs durs au pique-nique en complément des sandwichs. Prochaine étape Santana!

Madère : Calheta – Rabaçal – Ponta do Pargo

Après avoir quitté la zone de Funchal, nous avons rejoint le district de Calheta au Sud Ouest de l’île.

Nous avons réparti nos balades de la façon suivante:

1er jour:  levada das 25 fontes et cascade do Risco, puis plage artificielle de Calheta

2ème jour : Jardim do Mar – Paul da Serra avec déjeuner à Paul da Serra

3ème jour : départ en direction de Porto Moniz, randonnée à proximité de la Ponta do Pargo pointe Ouest de l’île.

Lire la suite « Madère : Calheta – Rabaçal – Ponta do Pargo »

Ce n’était pas prévu et puis… #10dumois – Octobre 2019

Ce n’était pas prévu et puis… #10dumois – Octobre 2019

Pour ma première participation au 10 du mois, je vais parler de ce qui m’est arrivé il y a 10 ans tout pile…

Ce n’était pas forcément le bon timing, mais dans la vie il y a-t-il un bon timing, je me le demande !

Pour cela retour début 2009, je suis convoquée pour être opérée de la vésicule biliaire pour la St Valentin (romantique !). Lire la suite « Ce n’était pas prévu et puis… #10dumois – Octobre 2019 »

Funchal, randonnées

La suite du séjour à Funchal s’est déroulé en trois jours, et trois randonnées: Curral das Freiras à partir de Eira do Serrado, les levadas da serra do Faial et dos Tornos (Choupana-Camacha-Choupana) , puis pour terminer l’ascension au Pico Ruivo à partir de Pico do Arieiro.

Curral das Freiras

sdr

Première randonnée: nous nous garons sur un parking sur un col de montagne entre la mer et le centre de l’île vers 9h30 . Le chemin jusqu’à Curral est en descente, pavé comme la grande partie des chemins de randonnées hors levadas. On descend, on descend, puis remontons un peu pour arriver au village de Curral, (accessible par un tunnel, pour ceux qui ne souhaitent pas randonner). Les montagnes encerclent la vallée et sont d’une beauté incroyable, rappelant pour certains la Réunion. le village est mignon sans plus, avec une église baroque, et un centre-ville rénové (sanitaires à disposition). Après pour retourner pique-niquer sur le col, c’est reparti pour la marche, mais cette fois-ci en montée…Je vous laisse imaginer le nombre d’arrêts que j’ai dû faire pour reprendre mon souffle, je ne sais pas comment font les gens qui font du trail!!!) Nous croisons quelques touristes qui eux descendent à 11h30. Arrivés au col, piquenique sous les arbres et retour à Funchal.

Les levadas da serra do Faial et dos Tornos 

A la découverte des levadas! Cette randonnée fût longue, mais très belle, et avce le premier tunnel piéton des vacances! Nous nous sommes garés au petit matin près du stade de l’équipe de madère, près du hameau Choupana. Nous avons rejoint le démarrage de la levada da serra do faial en montant une côte pavée. La levada c’est une canalisation à l’air libre servant à détourner les sources pour l’agriculture notamment. Il y en a pour plus de 2000km sur toute l’île! Celle-ci au début est en rénovation, donc on devine son emprise sur le chemin de service. Pente douce et nous voilà partis direction Camacha! Quelques passages très fleuris rendent le chemin très agréable. Après nous avons pique-niqué dans le centre de Camacha, puis avons rejoint la levada dos Tornos, tout en bas de la ville. Celle-ci file derrière des logements, souvent avec des pompes servant à arroser son petit jardin. A bout d’ne heure nous arrivons à un tunnel assez bas et avec un rebord pour marcher le long de la levada assez étroit. Nous décidons de contourner le tunnel voyant un chemin sur le côté mais il est privé, et après un village est carrément dangereux pour rejoindre la levada à nouveau. Arrivés de l’autre côté du tunnel, notre fils réclame de faire l’aller retour avec son papa. Evidemment nous avions oublié de prendre les frontales ce jour là alors le papa avec son téléphone flambant neuf ne faisait pas le fier!!! Ravis de leur traversée nous reprenons la levada, et là, je me rends compte que le retour va être plus fatigant que l’aller. La levada porte bien son nom « Tornos » veut dire tours ou virages, en effet, la levada serpente les reliefs doucement très doucement et quand nous arrivons à proximité du départ je suis exténuée. En fait le chemin de la levada n’étant pas très large, la végétation faisant ce qu’elle veut, nous avons beaucoup piétiné, et ce n’est pas notre habitude en randonnée.

L’ascension au Pico Ruivo à partir de Pico do Arieiro

dav

Pour finir notre séjour à Funchal, après avoir rendu le premier logement, nous avons roulé jusqu’au deuxième plus haut sommet de l’île, le Pico do Arieiro, qui est aménagé avec un radar de l’armée (le champignon sur la photo) , un bâtiment multi-services, et un parking pour les touristes. A partir de ce point il y a plusieurs randonnées possibles dont le Pico Ruivo à partir du Sud. Le Pico Ruivo n’et pas beaucoup plus haut que celui d’où nous sommes partis mais pour y accéder, il faut descendre monter, descendre puis monter…etc. Ne me sentant pas au top de ma forme je laisse les garçons partir sans moi après le premier belvédère (photo ci-dessus). Je retourne au point de départ, prends un livre et mon déjeuner pendant leur randonnée. Ils ont mis 5h aller-retour, mais quelle fierté de l’avoir gravi par le côté le plus difficile! Après une pause goûter bien méritée nous reprenons la route pour rejoindre l’ouest, plus précisément Calheta.

La suite au prochain épisode!!

 

Voyage à Madère, l’île Emeraude

Cet été, nous avons profité de 2 semaines et quelques de voyage itinérant à Madère.

Nous avions réservé des logements dans plusieurs villes, restant en moyenne 3 nuits, en partant de Funchal et en faisant le tour de l’ile par l’ouest.

Nous sommes arrivés après une journée d’aéroport, correspondance, etc… vers 20h sur l’ile.

L’atterrissage est assez impressionnant on remarque de suite la piste construite sur la mer, et le relief de l’ile. Les vents qui rabattent vers la cote sont désagréables, mais l’aéroport a été conçu exprès.

Nous avons loué une voiture pour tout le séjour, et arrivés dans Funchal nous avons vite fait connaissance avec les routes de Madère, rues sinueuses pour certaines, d’autres dans le sens de la pente !!!

img_20190728_213610

(1er jour)

Pour notre première journée sur l’ile, nous avons pris le téléphérique pour Monte à partir du jardin botanique (à proximité de notre hébergement) et nous avons démarré la journée par la visite des jardins tropicaux de Monte (Monte Palace), Monet aimait y séjourner et on comprend pourquoi aisément ! plantes et fleurs luxuriante, décorations extérieures japonisantes parfois, néo-classiques aussi, on découvre ce jardin par l’entrée principale (en haut de la colline) et on progresse dans le parc en descendant jusqu’en bas avec au passage une dégustation de vin de Madère offerte avec le ticket d’entrée.

IMG_20190923_211309.jpg

De retour au téléphérique nous rejoignons le centre de Funchal par les « œufs » Monte-Funchal. On survole la ville, et on arrive au niveau du bord de mer. Première visite dans funchal le mercado dos lavradores, marché des agriculteurs à la base, la poissonnerie est fidèle, par contre les étals de fruits sont magnifiques mais aussi des pièges à touristes…nous sommes sortis de là avec 40 euros de moins, et deux sacs de 3 kilos de fruits de la passion !!!

img_20190729_124507-1

Nous avons déjeuné dans un bistrot chic «Théo’s bazar café », servis comme des princes en prenant le supplément « bolo de caco », un pain épais  (type pâte de pizza) chauffé avec du beurre à l’ail et aux herbes, que l’on trouve partout à Madère. Nous avons continué notre promenade en ville en attendant l’ouverture de la Sé, la cathédrale de Funchal. Puis nous avons pris le chemin des jardins de bord de mer pour rejoindre le téléphérique et repartir à Monte, puis au jardin botanique que nous avons visité pour terminer notre journée « Funchal ».

IMG_20190731_201254.jpg

Voici le début de notre séjour, à bientôt pour la suite !

Tout schuss!!!

Les congés d’hiver démarrant je voulais vous écrire sur l’importance de la montagne pour moi hiver ou été.

En hiver, j’apprécie la variété des activités possibles, ski, randonnée raquettes, bronzette avec vin chaud en option !

J’ai appris à skier à 18 ans, et j’apprécie les sensations sans pourtant chercher à aller vite ou avoir un style parfait. J’ai fréquenté des cours collectifs puis il y a trois ans ai pu avoir une piqûre de rappel, un cours particulier de deux heures qui m’a redonné les bases pour reprendre le ski après une pause de quelques années.

Par contre, l’idée de skier 6 jours de suite non-stop ne me séduit pas. Pour moi ce sont des vacances, donc des moments de décompression sont nécessaires. Parfois une balade en station, une pause gourmande en terrasse ou alors une randonnée en raquettes histoire de faire du sport en profitant du paysage.

La montagne côté été est indispensable pour moi et ma famille : prendre un grand bol d’air pur en parcourant des sites exceptionnels est quelque chose d’extrêmement ressourçant. Déjà, car chacun randonne à son rythme, et profite du silence propice à l’introspection et à l’émerveillement devant ce que la nature nous offre. Après en fonction de l’endroit choisi du village montagnard à la station estivale, je retrouve des activités annexes sympathiques : un cours de croquis montagnards, baignade dans un lac surveillé ou piscine, jeu de Mölky en famille au bord d’un torrent… et bien sûr les incontournables mots fléchés (c’est mon côté mémère !). Côté budget ce sont des vacances peu chères, le plus gros étant la location ou le gîte. Et l’avantage c’est qu’il n’est pas nécessaire d’avoir bouclé sa préparation de vacances d’été en janvier !

La transmission de ces passions à mon fils a été très importante, et quelle fierté de le voir progresser année après année ! L’année dernière il a fait sa première nuit en refuge pour gravir le Mont Thabor, et cet hiver il passera sa deuxième étoile au ski. Bientôt je ne pourrai plus le suivre sur les pistes car il va de plus en plus vite !

Et vous comment vous vous occupez pendant vos vacances d’hiver ou d’été ?

Bonnes vacances pour ceux qui peuvent en profiter et courage pour ceux qui travaillent.

 

Noël – Natal – Christmas

 

red and green lighted candle
Photo de rawpixel.com sur Pexels.com

Ah Noël,

Quelle belle période! Pour moi les fêtes sont un moment privilégié pour les retrouvailles en famille, du repos, et de la joie partagée.

C’est aussi un moment de laisser aller au niveau de la nourriture, avec modération bien sur, mais rien que de penser aux mets de la table de Noël, j’ai l’eau à la bouche. Etant portugaise, j’attends avec impatience le Bolo Rei, les rabanadas, sonhos, arroz doce et autres spécialités de décembre! Je suis moins fan de la bûche à la crème et au beurre… lui préférant la bûche glacée!!!

Promis je vais essayer de mettre quelques photos des douceurs que je vais déguster cette année!

Les vacances de Noël sont aussi l’occasion de reprendre les lectures en cours, et partager mes coups de coeur avec mes proches. Et d’aller au ciné en duo ou en famille, en profitant du temps libre!

En somme, que de bons moments en vue!

Joyeuses fêtes à tous!!!

Lire: Michel Bussi

Les derniers livres qui m’ont marqué sont signés Michel Bussi.
Je ne les ai pas lus dans l’ordre d’édition, car le premier que j’ai lu m’a été laissé par ma mère. Il s’agit de « Ne lâche pas ma main », thriller haletant situé à la Réunion.
Puis grâce à une amie, j’ai pu lire « Maman a tort », et là changement d’horizon l’action se trame en Normandie.
Et je viens de démarrer « Les Nymphéas noirs » dont l’intrigue se passe à Giverny, le village de Monet.
Et sur ma pile s’est glissé son livre de nouvelles « T’en souviens-tu mon Anaïs ».

Lire la suite « Lire: Michel Bussi »

Ma période Brit pop

sketch-1542538280420

Je me souviens de cette période quand j’ai découvert la britpop, et cette passion dévorante pour Blur, Oasis, Pulp, et les autres. Je me moquais de la « variété » française et je trouvais M grossier avec son Machistador. Qu’est-ce qu’on peut être bête quand on est jeune ! Le temps a passé mais les bons souvenirs de cette musique sont restés.
IMG_20181118_113959.jpg
Avec une de mes amies, on écrivait les paroles des chansons que l’on enregistrait sur des cassettes, je passais des heures sur MTV, VH1 et MCM pour suivre mes artistes préférés.
Les brouilles des frères Gallagher alimentaient nos conversations, et on s’extasiait du gros plan sur Damon Albarn des Blur dans son clip Beetlebum.
Je découvrais Texas, et Garbage avec leurs chanteuses écossaises si différentes.
Puis la chanson française m’a conquise avec Louise Attaque. Un bref crush sur un camarade qui jouait leurs chansons avec sa guitare…à qui j’ai déclaré ma flamme sans succès !
Puis j’ai écouté Zazie, M, et tout ce que j’avais raté avec mon snobisme.
J’ai créé une Playlist spotify « pop anglaise » qui regroupe quelques chansons de cette période.
Et vous qu’écoutiez-vous au lycée ?
Bonne rétrospective!

Black lilys, coup de cœur lyonnais

Black lilys pochette premier album

Black lilys, c’est l’histoire d’un frère et d’une sœur, d’une voie éraillée qui se mêle à une guitare sombre.

J’ai découvert ce groupe en 2014, en première partie d’Émilie Simon. Quelques chansons et j’étais envoûtée.

J’ai participé à la cagnotte pour leur premier EP, j’ai même reçu une carte postale de leur part.

Et quand ils ont sorti leur premier album, j’ai naturellement fait une pré-commande !

Je vous conseille vivement de les écouter, une de leurs chansons a même servi dans une série Netflix.

Bonne écoute,

A.